La sophro-analyse à Meulan en Yveline 78

La méthode en elle-même a été mise au point par le Dr Claude Imbert.

Elle propose une approche spécifique du vécu permettant de remonter aux racines des croyances les plus profondes de l’être humain et de les redéfinir afin de pouvoir s’en libérer.

Toutes les visualisations sont vécues au niveau alpha facilitant et accélérant l’accès aux contenus préconscients et inconscients.

En sophro-analyse, on vient revisiter la période de la  petite enfance jusqu'à la vie intra-utérine. Pour comprendre nos fondations psychologiques (empreintes, injonctions, messages contraignants ou drivers …). Pour découvrir les racines de nos mécanismes psychologiques (c'est sur ces racines que se construit l'arbre que nous sommes).

Pour ce faire, votre thérapeute va utiliser des outils « sophro » et « analyse transactionnelle ».

L'originalité de la méthode est qu'elle travaille sur le plan mental (de la compréhension « analyse »), mais aussi sur le vécu émotionnel et le vécu physique ( « sophro » - de l'accès à la mémoire émotionnelle et corporelle, au niveau alpha).

Il est possible de modifier nos mécanismes, nos croyances limitantes. Autrement dit de solliciter la neuro-plasticité du cerveau (en créant de nouvelles connexions neuronales).

Le processus psychothérapeutique en Sophro-Analyse est constitué de deux étapes fondamentales :

Reconnaître, accueillir  votre histoire comme étant une part importante de vous-même.Identifier clairement les messages issus de votre passé auxquels vous souscrivez encore inconsciemment et qui impactent aujourd’hui votre personnalité.

En parallèle, vous apprenez à vous relaxer et à porter sereinement votre attention sur ce qu’il se passe en vous.En devenant l’observateur sensoriel de votre monde intérieur, vous accédez de façon intuitive à vos besoins réels et ré-informez les messages limitants issus de votre passé.

La Méthode "Coeur d'Enfant" (Marie-France et Emmanuel Ballet de Coqueraumont)

Guérir son enfant intérieur, c’est accueillir l’enfant en soi pour mettre en lumière et transcender la véritable souffrance qui se cache dans l’histoire de son enfance. L'enfant intérieur est la mémoire vivante de notre enfance, il est aussi le gardien de notre vérité intérieur.
"TOUTES LES GRANDES PERSONNES ONT D'ABORD ETE DES ENFANTS"

Le concept

Cœur d’enfant est un concept original créé en 1990 par Marie-France et Emmanuel Ballet de Coquereaumont. Le coeur d’enfant est ce qu’il y a de plus profond, de plus authentique, de plus aimant et de plus créatif en soi : l’essence spirituelle au-delà de toute influence extérieure. Ce concept balise un cheminement pour permettre l’éclosion du coeur d’enfant en privilégiant quatre voies majeures :

  • Devenir son propre parent c’est-à-dire sa propre mère, un être aimant et bienveillant, et son propre père, l’initiateur de sa structure.
  • Guérir en soi l’enfant triste et blessé pour laisser émerger l’enfant créatif et développer ses dons innés pour l’émerveillement, l’optimisme, l’imagination, la créativité, la liberté et la spiritualité. L’enfant triste et l’enfant créatif sont les deux facettes de l’enfant intérieur (le moi authentique).
  • Etre un adulte entier (intégrant sa partie masculine et sa partie féminine), plus vivant (en lien avec son élan vital), plus libre (détaché du faux-moi) et réconcilié avec son enfant intérieur.
  • Utiliser sa propre puissance pour devenir l’inspirateur et le co-créateur de sa vie.

youtu.be/lOoEwPYI4Do

 

Les croyances

Nos croyances nous dirigent et créent notre réalité.

Cela avec d’autant plus de force que nous les prenons pour des vérités et qu’elles sont soutenues par nos émotions.

Ce sont des conclusions que nous avons admises à la suite d’un événement ou d’une série de circonstances précises. On y retrouve une grande partie de ce qu’on nous a enseigné ( parents, école, maîtres…) et que nous avons accepté comme tel, non parce qu’il s’agissait du résultat de notre expérience et de notre réflexion, mais parce que c’était la parole d’une  » autorité « .

L’homme est le propre scénariste de l’histoire de sa vie par ses croyances.

Nous créons mentalement les choses avant qu’elles ne s’expriment sur l’écran de la réalité.

Il est donc essentiel de prendre conscience de l’impact de nos croyances, car elles déterminent ce que nous nous sentons capables ou non de réaliser.

Il est possible de transformer profondément certains aspects de notre existence si nous prenons la décision d’examiner l’influence positive ou négative de nos croyances.
Celles-ci ont une influence directe sur notre façon d’appréhender les circonstances et donc sur nos émotions.

Elles agissent comme des filtres lorsqu’il s’agit de donner un sens à une situation et conditionnent notre regard sur nous-même et sur les autres.

Comment s’établit une croyance?

Une croyance n’est pas nécessairement vraie ou réaliste, mais en y adhérent, nous en faisons une vérité personnelle et construisons notre existence en fonction d’elle.

Cette vérité reflète notre perception de la réalité, mais pas obligatoirement la réalité malgré l’intime conviction qui peut l’accompagner.

Accepter une croyance, c’est en faire une vérité dans sa vie. Notre conditionnement familial, social et culturel influe sur le choix conscient ou inconscient de nos croyances.
Certaines peuvent s’avérer très stimulantes, mais c’est loin d’être toujours le cas d’où l’intérêt de les examiner.

La plupart ont été adoptée dans l’enfance, par imitation, dans l’espoir de nous faire aimer.

Nous prenons nos décisions en fonction de nos croyances. C’est ainsi qu’elles modèlent nos vies.

Ce qui compte face à un événement est, avant toute chose, la signification que l’on va lui donner.

Une croyance peut être changée. C’est une compréhension nouvelle qui rend possible un changement de croyance.

L’acceptation d’une croyance est toujours liée à certains épisodes de notre vie.
Si nous constatons que son influence est négative nous pouvons agir en conséquence pour lui donner un fin.

Une croyance limitative a toujours un coût, une croyance positive toujours un bénéfice.

La plupart du temps, nos croyances sont basées sur une fausse interprétation. Sans remise en cause, une croyance est renforcée.

« Une fois établie, une croyance a comme fonction exclusive et unique de se perpétuer. »

Par Laurent Goffin

Source: http://leveilensoi.blogspot.ca/